Communiqués

Le Prix Gérard-Parizeau 2020 récompense deux historiens

Le prix Gérard-Parizeau a été remis à deux historiens qui se sont distingués par leurs travaux en histoire ou dans des disciplines connexes dans une perspective historique.
Le comité responsable du prix Gérard-Parizeau, volet histoire, a choisi de récompenser deux personnes cette année. Pierre Anctil, historien et professeur à l’Université d’Ottawa, et Bruno Ramirez, historien et professeur à l’Université de Montréal, ont reçu cette distinction au cours d’une cérémonie tenue le 1er octobre à l’UdeM. L’objectif du prix de 30 000 $ est de souligner la valeur et l’originalité de la pensée et de l’œuvre d’une historienne ou d’un historien qui s’est distingué par ses travaux en histoire ou dans des disciplines connexes dans une perspective historique.

Élu à la Société royale du Canada en 2012 et conférencier reconnu par ses pairs, M. Pierre Anctil se consacre à l’histoire de l’immigration juive au XXe siècle au Québec dès le début de sa carrière. Il fait ainsi connaître aux francophones le récit historique des Juifs montréalais. M. Anctil a pu explorer de manière à la fois exhaustive et détaillée les archives en langue yiddish constituées par les témoins de la grande vague migratoire est-européenne du début du XXe siècle. Cette approche audacieuse et nouvelle lui a permis de développer une grande originalité dans sa démarche historique. Il a publié de nombreux ouvrages et articles sur le sujet. M. Anctil est notamment l’auteur de l’ouvrage illustré « Saint-Laurent, la Main de Montréal » (2002), un recueil d’articles intitulé « Trajectoires juives au Québec » (2010) et « Histoire des Juifs du Québec » paru en 2017 ayant pour thème l’histoire des Juifs québécois se déroulant sur quatre siècles.

Dès son arrivée à l’Université de Montréal en 1977, M. Bruno Ramirez se fait connaître rapidement par ses recherches sur l’histoire de l’immigration italienne au Québec avec la publication en 1984 du livre « Les Premiers Italiens de Montréal : l’origine de la Petite Italie du Québec ». Ses recherches pour ce livre l’ont mené dans la région italienne de Molise d’où venait la majorité des immigrants italiens de Montréal. Ce livre a, par ailleurs, attiré l’attention du réalisateur Paul Tana qui s’en est inspiré pour son documentaire « Caffé Italia, Montréal » en 1985. L’intérêt de M. Bruno Ramirez pour la création cinématographique l’a amené à scénariser plusieurs films au sujet de l’immigration italienne dans la métropole et au Québec. Tout en poursuivant ses travaux sur les Italiens à Montréal, il a effectué des recherches sur l’émigration des Canadiens français aux États-Unis, notamment sur les ouvriers et les ouvrières canadien(ne)s-français(e)s dans l’industrie du textile de la Nouvelle-Angleterre. Ce mouvement migratoire méritait une étude élargie dont les résultats ont été publiés dans la monographie « Par monts et par vaux : migrants canadiens-français et italiens dans l’économie nord-atlantique, 1861-1916 » (1991). Auteur de nombreux ouvrages et conférencier renommé, M. Ramirez a grandement contribué à nos connaissances sur les mouvements migratoires au Québec.

Le prix Gérard-Parizeau est accordé chaque année en alternance dans le domaine de l’histoire (série Université de Montréal) et dans celui de la gestion et de l’économie (série HEC).

Avis de décès du professeur Claude Montmarquette

Lauréat du prix Gérard-Parizeau Économie et gestion 2019, le Professeur émérite Claude Montmarquette nous a quitté le 8 septembre 2021. Le Professeur Montmarquette a marqué sa discipline, la science économique, sur plus de 50 ans en participant activement aux débats entourant les politiques publiques au Québec, notamment en éducation, thématique pour laquelle il a reçu le prix Gérard-Parizeau. Il a formé plusieurs générations d’économistes et encouragé de nombreux jeunes chercheurs à poursuivre des travaux prometteurs sur des enjeux économiques au Québec. La Fondation Gérard-Parizeau tient à lui rendre hommage pour cet héritage qu’il a légué aux jeunes générations.